Fiche N° 301
Les places prioritaires
Ouh, l'enfoiré !  Il a refusé de laisser sa place à une vieille dame !

Vous êtes dans le métro, confortablement assis sur une banquette près de la fenêtre et dans le sens de la marche (c'est cool...), et toutes les places sont également occu- pées autour de vous. C'est alors que monte dans la rame une pauvre petite vieille dame ( pourquoi pauvre, au fait ? Elle a peut-être bien plus de pognon que vous !... ), légèrement voutée, qui se tient péniblement à la barre verticale de maintien...

Et comme par hasard, c'est sur vous qu'elle décide de jeter son dévolu, vous qui êtes encore jeune et pas vraiment usé par la vie. Et elle reste plantée là, devant vous, en vous fixant mais sans rien oser vous demander !...

Vous commencez à sentir sur vous le poids des regards méchants des autres voya- geurs, qui semblent dire : « Mais va-t-il se lever, ce goujat ? »
Et vous êtes sur le point de céder à cette pression moraliste...
Halte : Restez assis ! Pas de baisse de culotte précipitée !... Sachez que bien souvent, selon les lieux et les circonstances, rien ne vous oblige à lui céder votre place !...




Dans le métro Parisien et dans les trains de banlieue :

Je prend ici le cas le plus fréquent, celui de toute la Région Parisienne, ce qui concerne quand même plus de 11 millions de personnes !... Les transports sont assurés par la RATP et la SNCF.
Je ne connais pas bien le cas des trains de banlieue des autres grandes villes de France, mais je pense qu'il en va de même.

Le Règlement prévoit des places réservées pour les personnes dites prioritaires.
Tous les voyageurs connaissent ces inscriptions, longtemps gravées en jaune sur les vitres des voitures, (voir image ci-contre), et qui ont été modernisées depuis plusieurs années. Ces prescri- ptions sont désormais apposées sous forme d'auto-collants imprimés, mais la rédaction du texte est restée inchangée depuis des lustres, qui précise l'ordre dans lequel se fait l'accès aux places prioritaires :



Comment garder jusqu'au bout sa place assise !

Vous allez du reste avoir l'occasion de le vérifier. Flash-back ! Reprenons notre histoire-exemple : Puisque n'y tenant plus, la petite vieille s'adresse enfin à vous, et elle vous demande d'une voix chevrotante :
--   Pardon, Monsieur, voudriez-vous s'il vous plaît me céder la place ?
Là, vous ne pouvez plus vous contenter de regarder le paysage : Alors d'abord, levez négli- gemment les yeux, et vérifiez si la place sur laquelle vous êtes assis fait partie ou non du groupe de 4 sièges prévus comme étant des « places réservées par priorité » en application des règlements (Voir colonne 2 ci-contre).


1°)  Vous n'êtes pas assis sur une place réservée :
Vous répondez alors à cette charmante dame que vous n'êtes pas assis sur l'une des places réservées, qu'il y a d'autres places, et vous les désignez... A ce stade, il y a déjà de fortes chances que quelqu'un se lève pour lui proposer son propre siège, et à haute voix bien sûr, pour bien vous faire honte !... Montrant ainsi au passage son faible niveau intellectuel puisque cette personne n'a visiblement pas compris que vous ne partagez pas ses complexes, et que vous vous moquiez pas mal de ce qu'on peut penser de vous !

Commentaire perso : Pour ce qui me concerne, puisque dès lors qu'on a dépassé 40 ans, dans l'informatique, on est trop vieux, je considère que si je suis trop vieux pour travailler, je suis trop vieux pour me lever et céder ma place !... A bon entendeur...


2°)  Vous êtes bien assis sur une place réservée :
Là, ça devient plus chiant, mais rien n'est encore perdu ! Vous levez également les yeux, et sans aucune gêne, vous lui demandez si elle est titulaire d'une carte de priorité ? Ou sinon, peut-elle justifier qu'elle a plus de 75 ans ? Là aussi, il est probable que d'ici qu'elle réussisse à trouver sa pièce d'identité dans son grand sac, tout en se tenant de l'autre main à la barre de maintien, quelqu'un de plus charitable que vous lui aura là aussi offert sa place.

Maintenant, manque de pot, il s'avère que oui, la dame a plus de 75 ans... Et que telle une Tatie Danièle acariatre et des plus coriaces, elle a réussi par micracle à retrouver et sortir sa pièce d'identité, qu'elle vous fourre sous le nez... Mais si on en arrive là, faites encore moins de complêxes, car cela veut déjà dire que vous n'êtes vraiment pas le seul enfoiré... puisque personne d'autre ne s'est encore levé !...

OK, la situation devient sérieuse, mais n'est pas encore désespérée. Regardez d'abord autour de vous sur les trois autres sièges : en face de vous, deux petites midinettes (j'ai pas dit des pétasses, hein...) qui écoutent leur I-Phone, style je n'ai rien vu... A côté de vous, y a un mec en costard gris avec un attaché-case Delsey, visiblement plus jeune que vous, et beaucoup plus snob... Mais comme par hasard, c'est à vous qu'elle s'est adressée, parce que vous étiez métis ou black, ou parce que vous aviez un grand méchant look avec vos cheveux décolorés...

Dans ce cas, vous jouez le tout pour le tout, et vous vous exclamez que les 3 autres personnes assises sur ces mêmes sièges réservés sont visiblement tous bien plus jeune que vous et qu'il n'y a pas de raison pour que ce soit vous qui deviez céder votre place. En effet, une règle, non écrite mais en général respectée, prévoit que c'est à la personne la plus jeune de se lever...

Maintenant, si vous n'avez que 19 ans, et que les trois autres personnes sont plus agées que vous, alors là, c'est tant pis pour vous... Vous avez perdu ! J'aurai au moins tout fait pour vous aider... Mais croyez-moi, jamais ça n'ira aussi loin et à l'une quelconque des étapes décrites, une autre personne aura forcément offert sa place...

Et vous resterez tranquillement bien assis pour le reste de votre trajet, en constatant une fois encore que l'hypocrisie des hommes n'a d'égal que leur lâcheté et leurs complexes.
Tristan Bernard, à qui quelqu'un disait qu'on avait rien à perdre à être poli, avait répondu :
--   Si, sa place dans le métro !...



Les critères de priorité reconnus :

Le règlement en prévoit 4, et stipule : Les places ci-dessous sont réservées par priorité :

1°)  Aux Mutilés de Guerre.

Donc à votre très respecté et très courageux Arrière-Grand-Papa qui a eu une jambe arrachée par un éclat d'obus de 155 mm pendant la 2ème Guerre Mondiale !... (Vous vous en souvenez très bien vu qu'il vous l'a raconté 322 fois...)


2°)  Aux Aveugles Civils, aux Invalides du Travail, et aux Infirmes Civils.

(Dans l'ordre, des fois qu'un Non-Voyant et un manchot se disputeraient la même place !...)

A ce sujet, c'est marrant, car si on respecte cet ordre de priorité, on s'aperçoit qu'un aveugle, même s'il n'a rien foutu de sa vie (peut-être à cause de ça, justement...) reste prioritaire sur un Invalide du travail, qui par définition s'est crevé le cul toute sa sienne !...


3°)  Aux Femmes Enceintes, et aux personnes avec enfants de - de 4 ans.
Ici, c'est priorité au ventre rond, ce qui est complètement débile. Et en disant ça, je ne veux surtout pas nier la difficulté d'être une femme enceinte, mais là, c'est le bien fondé de l'ordre de priorité...

Car voyez-vous, Mesdames, je peux vous affirmer ceci : Votre petit Alien, après être sorti tout rouge et tout poisseux en hurlant à l'extrémité de sa tentacule, deviendra vite au fil de longues et fatiguantes journées, un moufflet de 2 ans qui chiale sans arrêt, qui attrape tout ce qui passe à sa portée, et qui file des coups de pieds aux autres voyageurs depuis vos bras. Ce jour-là, vous n'apprécierez pas qu'une pouffe dotée simplement d'un ventre à peine arrondi, vêtue et maquillée comme une lolita, et ayant un seul bras occupé à tenir un sac à main microscopique, vous pique la place en vous fusillant d'un regard glacial affirmant sa priorité.


4°) Aux personnes agées de plus de 75 ans. Ah, nous y voilà enfin... Voici l'age que doit avoir la pauvre petite vieille dame, pour que vous soyez contraint de lui céder votre place, si elle n'est pas titulaire d'une Carte donnant droit à ces places prioritaires pour une autre raison...

Notez que la règlementation qui a rajouté ce critère est relativement récente et que sur les anciennes affiches imprimées sur les vitres des anciennes rames de métro (décorée avec humour, voir image ci-dessus...) le paragraphe 4 n'existait pas !...



ATTENTION : Très important à vérifier concernant les Handicapés :

Ce n'est pas seulement le fait d'être handicapé, même à 80%, et d'avoir la carte des handicapés, de couleur Orange, qui donne droit à une priorité. Non, encore faut-il que sur cette carte soit inscrite la fameuse mention : « Station debout pénible ».

En effet, il ne faut pas confondre les infirmes ou invalides reconnus comme tels (1), et les simples handicapés, qui le sont pour des tas d'autres motifs, qui ne sont pas forcément liés à un handicap physique. Du reste, ça se comprend ! Prenez le cas d'un handicapé mental, même léger, ou tous ceux qui sont sous tutelle. Ceux qui comme on dit pudiquement, ont la COTOREP... Le mec est peut-être handicapé, mais si ça se trouve, il court comme un lièvre sur le plan physique. Désolé, mais les déficients mentaux n'ont droit à aucune priorité !...

ATTENTION : Il ne suffit pas qu'un mec vous brandisse 2 secondes sa carte sous les yeux, sans même vous laisser le temps de la regarder, pour pouvoir exiger que vous lui cédiez votre place.





(1)  Les cartes de Priorité sont délivrées :

1º)  Aux mutilés de guerre titulaires de la carte de priorité « mutilé et réformé de guerre » délivrée par la Pré-
fecture de Police.
2º)  Aux aveugles civils titulaires de la carte d'invalidité avec mention « cécité » avec ou sans une étoile verte
délivrée par les services sociaux de la commune de résidence.
3º)  Aux invalides du travail titulaire de la carte nationale de priorité des invalides du travail délivrée par le Minis-
tère chargé de la Santé.
4º)  Aux Infirmes Civils titulaires de la carte de priorité d'infirme civil délivrée par la Préfecture de Police.
5º)  Aux femmes enceintes titulaires de la carte familiale de priorité délivrée par la Caisse d'Allocations
Familiales.

La Carte de priorité délivrée par la CAF (Code de l'Action Sociale et des familles - Partie Réglementaire)

Article R215-4. La carte est valable :
1º)  Pour les femmes enceintes, pendant toute la durée de la grossesse ;
2º)  Pour les cas mentionnés aux 2º et 3º de l'article R. 215-3, pour une durée de trois ans, avec renouvelle-
ment pour la même période si les conditions continuent d'être remplies ;
3º)  Pour les personnes décorées de la médaille de la famille, pour une durée illimitée.